De là on découvrait la mer, quelquefois claire et unie comme une glace, quelquefois follement irrité Fénelon François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon, dit

Ajouter un commentaire

De là on découvrait la mer, quelquefois claire et unie comme une glace, quelquefois follement irritée contre les rochers, où elle se brisait en gémissant, et élevant ses vagues comme des montagnes.
Les Aventures de Télémaque (1699), II
Citations de François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon, dit Fénelon
François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon, dit Fénelon

Laisser une réponse