Croyez-moi, mon fils, les douleurs ne sont point éternelles; il faut tôt ou tard qu’elles finissent, Chateaubriand François René, vicomte de

Croyez-moi, mon fils, les douleurs ne sont point éternelles; il faut tôt ou tard qu’elles finissent, parce que le coeur de l’homme est fini; c’est une de nos grandes misères: nous ne sommes pas même capables d’être longtemps malheureux.
Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert (1801)
Citations de François-René de Chateaubriand
François-René de Chateaubriand

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.