Croyez-moi, mon fils, les douleurs ne sont point éternelles; il faut tôt ou tard qu’elles finissent, Chateaubriand François René, vicomte de

Ajouter un commentaire

Croyez-moi, mon fils, les douleurs ne sont point éternelles; il faut tôt ou tard qu’ elles finissent, parce que le coeur de l’ homme est fini; c’ est une de nos grandes misères: nous ne sommes pas même capables d’ être longtemps malheureux.
Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert (1801)
Citations de François René, vicomte de Chateaubriand
François René, vicomte de Chateaubriand

Laisser une réponse