Comme la nuit paraît longue à la douleur qui veille, la journée bien lente au mercenaire, l’année in Horace

Comme la nuit paraît longue à la douleur qui veille, la journée bien lente au mercenaire, l’année interminable au pupille qui se débat sous la surveillance d’une mère attentive.
Epîtres, I, I, 20
Citations de Horace
Horace

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.