Comme deux rayons de l’aurore, – Comme deux soupirs confondus, – Nos deux âmes ne forment plus Lamartine Alphonse de

Ajouter un commentaire

Comme deux rayons de l’ aurore,
Comme deux soupirs confondus,
Nos deux âmes ne forment plus
Qu’ une âme, et je soupire encore !
Méditations poétiques (1820), Souvenir
Citations de Alphonse de Lamartine
Alphonse de Lamartine

Laisser une réponse