Chéri s’assit sur un banc, sans prendre garde que ses forces, mystérieusement délabrées depuis qu’il Colette Sidonie Gabrielle

Ajouter un commentaire

Chéri s’ assit sur un banc, sans prendre garde que ses forces, mystérieusement délabrées depuis qu’ il les dispersait en veilles, depuis qu’ il négligeait d’ assouplir et d’ alimenter son corps, devenaient promptes à le trahir.
La Fin de Chéri (1926)
Citations de Sidonie Gabrielle Colette
Sidonie Gabrielle Colette

Laisser une réponse