Ces vergues qui se secouaient, qui avaient des mouvements brusques, désordonnés, comme les derniers Loti Louis Marie Julien Viaud, dit Pierre

Ces vergues qui se secouaient, qui avaient des mouvements brusques, désordonnés, comme les derniers battements d’ailes d’un grand oiseau blessé qui râle.
Mon frère Yves (1883)
Citations de Louis Marie Julien Viaud, dit Pierre Loti
Louis Marie Julien Viaud, dit Pierre Loti