Ce qui vient par la flûte s’en va par le tambour. L’argent volé a des pentes fatales et c’est irrési Gaboriau Emile

Ce qui vient par la flûte s’en va par le tambour. L’argent volé a des pentes fatales et c’est irrésistiblement qu’il va au jeu, aux palefreniers, aux filles, à toutes les fantaisies ruineuses, à tous les assouvissements malsains.
L’Argent des autres (1873)
Citations de Emile Gaboriau
Emile Gaboriau

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.