Ce qui me tourmentait le plus, c’était le jeûne infligé à mes sens. Mon énervement était celui d’un Radiguet Raymond

1 Commentaire

Ce qui me tourmentait le plus, c’ était le jeûne infligé à mes sens. Mon énervement était celui d’ un pianiste sans piano, d’ un fumeur sans cigarettes.
Le Diable au corps (1923)
Citations de Raymond Radiguet
Raymond Radiguet

Une réponse à “Ce qui me tourmentait le plus, c’était le jeûne infligé à mes sens. Mon énervement était celui d’un Radiguet Raymond”

  1. Cochonfucius

    Radiguet diffère ici de Diogène.

    Répondre

Laisser une réponse