Ce que l’on nomme une fine connaissance des hommes n’est souvent rien d’autre que les propres faible Lichtenberg Georg Christoph

Ce que l’on nomme une fine connaissance des hommes n’est souvent rien d’autre que les propres faiblesses de l’observateur sur autrui.
Le miroir de l’âme
Citations de Georg Christoph Lichtenberg
Georg Christoph Lichtenberg