Ce n’était pas la première fois que je sentais que ceux qui aiment et ceux qui ont du plaisir ne son Proust Marcel

1 Commentaire

Ce n’ était pas la première fois que je sentais que ceux qui aiment et ceux qui ont du plaisir ne sont pas les mêmes.
A la recherche du temps perdu, A l’ombre des jeunes filles en fleurs (1919)
Citations de Marcel Proust
Marcel Proust

Une réponse à “Ce n’était pas la première fois que je sentais que ceux qui aiment et ceux qui ont du plaisir ne son Proust Marcel”

  1. dicocitations

    Et dussè-je, maintenant que j'étais souffrant et que je ne sortais pas seul, ne jamais pouvoir faire l'amour avec elles, j'étais tout de même heureux comme un enfant né dans une prison ou dans un hôpital et qui, ayant cru longtemps que l'organisme humain ne peut digérer que du pain sec et des médicaments, a appris tout d'un coup que les pêches, les abricots, le raisin, ne sont pas une simple parure de la campagne, mais des aliments délicieux et assimilables. Même si son geôlier ou son garde-malade ne lui permettent pas de cueillir ces beaux fruits, le monde cependant lui paraît meilleur et l'existence plus clémente. Car un désir nous semble plus beau, nous nous appuyons à lui avec plus de confiance quand nous savons qu'en dehors de nous la réalité s'y conforme, même si pour nous il n'est pas réalisable. Et nous pensons avec plus de joie à une vie où – à condition que nous écartions pour un instant de notre pensée le petit obstacle accidentel et particulier qui nous empêche personnellement de le faire, – nous pouvons nous imaginer l'assouvissant. Pour les belles jeunes filles qui passaient, du jour où j'avais su que leurs joues pouvaient être embrassées, j'étais devenu curieux de leur âme. Et l'univers m'avait paru plus intéressant.

    A la recherche du temps perdu, A l’ombre des jeunes filles en fleurs Marcel Proust

    Répondre

Laisser une réponse