Ce n’est pas d’enlacer en mes bras le contour – De ces bras, de ce sein; d’embraser de ma flamme Sainte-Beuve Charles-Augustin

Ce n’est pas d’enlacer en mes bras le contour
De ces bras, de ce sein; d’embraser de ma flamme
Ces lèvres de corail si fraîches; non, Madame,
Mon feu pour vous est pur, aussi pur que le jour.
Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme (1829)
Citations de Charles-Augustin Sainte-Beuve
Charles-Augustin Sainte-Beuve