Ce fut d’abord une étude. J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Je fixais de Rimbaud Arthur

Ce fut d’abord une étude. J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Je fixais des vertiges.
Une saison en enfer (1873), Délires II, Alchimie du verbe
Citations de Arthur Rimbaud
Arthur Rimbaud

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.