Car, pour combler les voeux, calmer la fièvre ardente
Du pauvre solitaire et qui n’est pas de b Brassens Georges

Ajouter un commentaire

Car, pour combler les voeux, calmer la fièvre ardente
Du pauvre solitaire et qui n’est pas de bois
Nulle n’est comparable à l’épouse inconstante.
Femmes de chefs de gare, c’est vous la fleur des bois.
Fernande (1972), A l’ombre des maris
Citations de Georges Brassens
Georges Brassens

Laisser une réponse