C’était par les sens qu’il aspirait la beauté infinie, la fraicheur et la pureté de cette nuit de pr Undset Sigrid

C’était par les sens qu’il aspirait la beauté infinie, la fraicheur et la pureté de cette nuit de printemps, l’air embaumé portant les parfums des fleurs aux goûts suaves, le ciel luisant d’une clarté évanescente, les concerts de sifflement des grives au loin dans le bois de Gauta, le murmure timide du ruisseau au pied du coteau où il se reposait…
Printemps (1932)
Citations de Sigrid Undset
Sigrid Undset

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.