Boileau, Voltaire ou La Harpe jugeaient d’un poème qu’il était aimable ou déplaisant, qu’il flattait Paulhan Jean

Boileau, Voltaire ou La Harpe jugeaient d’un poème qu’il était aimable ou déplaisant, qu’il flattait ou froissait le goût, les règles, la nature.
Les Fleurs de Tarbes ou La terreur dans les Lettres (1936-1941)
Citations de Jean Paulhan
Jean Paulhan

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.