– Aveu. C’est l’an dernier, au lit, à Montrozier que j’ai ouvert un Montaigne. En peu de minutes, je Valéry Paul

– Aveu. C’est l’an dernier, au lit, à Montrozier que j’ai ouvert un Montaigne. En peu de minutes, je l’ai renvoyé. Il m’assommait. Tout le monde peut écrire de ces choses.
Cahiers I, Ego
Citations de Paul Valéry
Paul Valéry

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.