Aussi m’ouvris-je, à coups de poing une fenêtre sur le rêve. Il m’était tombé du ciel, en mon extrêm Magnan Pierre

Ajouter un commentaire

Aussi m’ouvris-je, à coups de poing une fenêtre sur le rêve. Il m’était tombé du ciel, en mon extrême nécessité, une incroyable aubaine : j’aimais lire. Lire me remplaçait tout. Je le faisais partout : en marchant, en mangeant, aux latrines.
La Naine (1987)
Citations de Pierre Magnan
Pierre Magnan

Laisser une réponse