Alors je me souviens que le mot Etranger est une des plus belles promesses du monde, une promesse de Lévy Marc

1 Commentaire

Alors je me souviens que le mot Etranger est une des plus belles promesses du monde, une promesse de couleurs, belle comme la Liberté.
Les Enfants de la liberté (2007)
Citations de Marc Lévy
Marc Lévy

Une réponse à “Alors je me souviens que le mot Etranger est une des plus belles promesses du monde, une promesse de Lévy Marc”

  1. dicocitations

    Un des propres de leur race est, dans le feu de la jonction, de se jurer mutuellement, non toujours par convenance, qu'ils sont unis ad aeternum. Après un temps plus ou moins long, exactement plus ou moins court, ils se découvrent à peu près tous détachés de leur complice, soit qu'ils en souhaitent un autre, soit simplement qu'ils s'en trouvent las. Ce constat emplit certains d'entre eux d'une tristesse dont le spectacle signale la misère de leur race, à la fois visionnaire d'infini et condamnée au périssable.
    Une autre de leurs surprises en cet ordre est de connaître, notamment dans le mariage, qu'après avoir satisfait l'acte générateur par le corps du même être pendant des années, ils restent profondément étrangers l'un à l'autre, chacun demeurant bloqué dans sa personne.

    Le rapport d'Uriel, Julien Benda
    ( p.30-31, Babel )

    Répondre

Laisser une réponse