Alors je dirais au moment : attarde-toi, si tu es si beau ! La trace de mes jours terrestres ne p Goethe Johann Wolfgang von

Ajouter un commentaire

Alors je dirais au moment : attarde-toi, si tu es si beau ! La trace de mes jours terrestres ne peut s’ engloutir dans l’ Oeone. Dans le pressentiment d’ une telle félicité sublime, je goûte maintenant l’ heure ineffable.
Second Faust (1832), V, La grande cour du palais
Citations de Johann Wolfgang von Goethe
Johann Wolfgang von Goethe

Laisser une réponse