Ainsi continuèrent-ils à vivre dans une réalité fuyante, momentanément retenue captive par les mots, García Márquez Gabriel

Ajouter un commentaire

Ainsi continuèrent-ils à vivre dans une réalité fuyante, momentanément retenue captive par les mots, mais qui ne manquerait pas de leur échapper sans retour dès qu’ils oublieraient le sens même de l’écriture.
Cent ans de solitude (1967)
Citations de Gabriel García Márquez
Gabriel García Márquez

Laisser une réponse