A quoi bon ces malheurs inutiles? Mais je voyais maintenant que nous ne sommes pas libres de ne pas Proust Marcel

Ajouter un commentaire

A quoi bon ces malheurs inutiles? Mais je voyais maintenant que nous ne sommes pas libres de ne pas nous les forger, et que nous avons beau connaître notre volonté, les autres êtres ne lui obéissent pas.
Albertine disparue (1925)
Citations de Marcel Proust
Marcel Proust

Laisser une réponse