A l’égard de ma personne, à laquelle vous daignez vous intéresser avec tant de bonté, je suis obligé Voltaire François Marie Arouet, dit

Ajouter un commentaire

A l’ égard de ma personne, à laquelle vous daignez vous intéresser avec tant de bonté, je suis obligé de vous dire en conscience que je ne suis pas si malheureux que vous le pensez.
Correspondance, à M. De Cideville, octobre 1733
Citations de François Marie Arouet, dit Voltaire
François Marie Arouet, dit Voltaire

Laisser une réponse