A cet abattement que vous laissez paraître, – J’ai, s’il faut l’avouer, peine à vous reconnaître. Lemercier Louis Jean Népomucène

A cet abattement que vous laissez paraître, – J’ai, s’il faut l’avouer, peine à vous reconnaître.
Frédégonde et Brunehaut (1821), I, 2
Citations de Louis Jean Népomucène Lemercier
Louis Jean Népomucène Lemercier

One Response

  1. dicocitations avril 26, 2011

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.