Sache qu’écrire une lettre à un fils abandonné me brûle à vif, j’imagine que c’est un peu douloureux Gaarder Jostein

Ajouter un commentaire

Sache qu’écrire une lettre à un fils abandonné me brûle à vif, j’imagine que c’est un peu douloureux de la lire aussi. Mais tu es un petit homme maintenant. Si j’ai réussi à coucher ces lignes sur le papier, tu supporteras bien de les lire.
La Belle aux oranges (2003)
Citations de Jostein Gaarder
Jostein Gaarder

Laisser une réponse