S’embarquer dans la tristesse, c’est comme de se laisser glisser en patins à roulettes le long d’une Etxebarria de Asteinza Lucía

Ajouter un commentaire

S’embarquer dans la tristesse, c’est comme de se laisser glisser en patins à roulettes le long d’une pente : impossible de prévoir combien de temps durera la descente, mais on sait parfaitement que tout s’arrêtera d’un seul coup.
Amour, Prozac et autres curiosités (2005)
Citations de Lucía Etxebarria de Asteinza
Lucía Etxebarria de Asteinza

Laisser une réponse