Puis, quand tu ne m’aimeras plus, tu me laisseras, je ne me plaindrai pas, je ne dirai rien ; et mo Balzac Honoré de

Ajouter un commentaire

Puis, quand tu ne m’aimeras plus, tu me laisseras, je ne me plaindrai pas, je ne dirai rien ; et mon abandon ne devra te causer aucun remords, car un jour passé près de toi, un seul jour pendant lequel je t’aurai regardé, m’aura valu toute une vie.
La Fille aux yeux d’or (1835)
Citations de Honoré de Balzac
Honoré de Balzac

Laisser une réponse