Le déménageur au blouson le fixe toujours et c’est comme s’il lui disait : mon pauvre gars, tu es h Reverdy Thomas B.

Ajouter un commentaire

Le déménageur au blouson le fixe toujours et c’est comme s’il lui disait : mon pauvre gars, tu es habitué aux maisons, aux bureaux, au métro et aux parapluies, tu ne sais donc pas que la pluie mouille ceux qui n’ont plus rien ?
Les évaporés (2013)
Citations de Thomas B. Reverdy
Thomas B. Reverdy

Laisser une réponse