A force de foi, de méditation, de jeûne, de solitude, il m’a semblé qu’un chemin s’était ouvert dans Martinez Carole

Ajouter un commentaire

A force de foi, de méditation, de jeûne, de solitude, il m’a semblé qu’un chemin s’était ouvert dans l’obscurité, chemin qu’empruntait la cohorte des morts et à leur suite, j’ai touché l’autre rive.
Du domaine des Murmures (2011)
Citations de Carole Martinez
Carole Martinez

Laisser une réponse